Association pour la Protection du Patrimoine et de l’Environnement à la Turbie

Vue panoramique de la Tête de Chien, majestueux promontoire surplombant La Turbie, offrant un paysage magnifique de la région.

Nous publions sur ce site des observations sur l’environnement et le patrimoine de la Turbie et de ses environs.

Ces observations, documentées par nous-mêmes et par les documents officiels existants, nous amènent à des propositions visant à préserver les particularités et l’unicité des lieux.

L’action actuellement en cours touche au caractère exceptionnel du massif de la Tête de Chien. Un promontoire du littoral à la valeur paysagère, culturelle et internationale indiscutable. Apprécié de tous, il a été un lieu naturel plutôt préservé jusqu’alors depuis ses parties basses, sa forêt de Grima et ses falaises, jusqu’à sa partie sommitale. Le site mérite aujourd’hui une attention particulière au regards des perspectives urbanistiques. Des solutions existent, c’est ce à quoi nous œuvrons.


Prise de contact pour les sympathisants

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.
Nom Prénom

OBJET ET COORDINATION

L’association APPELT a pour objet la préservation du patrimoine, de l’environnement et des paysages emblématiques de La Turbie, monuments naturels qui sont aussi des biens communs de la nation. Elle vise à améliorer le cadre et la qualité de vie de la commune et de ses habitants. Elle pourra agir en liaison avec les associations et collectivités locales et pourra produire des appels à idées pour les proposer à la commune ou à tout autre organisme et administration y ayant compétence.

L’association a pour vocation d’échanger avec les Municipalités.

Les actions sont coordonnées par Bruno Lopez.


EN MAI 2024 : DROIT DE RÉPONSE OFFERT A M. LE MAIRE DE LA TURBIE

Le 26 avril 2024, une lettre de M. le Maire nous a été adressée, demandant un Droit de Réponse. 

Le 14 mai 2024, une lettre du cabinet d’avocats qui « intervient aux intérêts de la Commune de La TRINITE », nous a été adressée, mettant en demeure l’association de respecter la liberté d’expression de M. le Maire. 

Le 20 mai 2024, après s’être réuni, le bureau de l’association a décidé de publier la copie des lettres que nous avons reçues, valant pour Droit de Réponse. Il est cependant important de noter que rien ne nous oblige à publier ce droit de réponse, comme en atteste l’article 1 du décret 2007-1527 du 24 octobre 2007

Il nous appartient de commenter certaines affirmations : 

  • « La pétition que vous avez diffusée comporte des contre-vérités et des mensonges ayant entraîné des menaces de mort contre le Maire ». 

L’association APPELT a retiré ce commentaire haineux qu’elle condamne. Elle s’est portée témoin auprès de la Gendarmerie. Sachant que M le Maire a déposé plainte contre l’auteur des propos haineux et qu’une procédure est en cours, il est important de laisser la justice faire son travail et juger s’il s’agit de menaces de mort et si la pétition en est la cause. 

  • « La parcelle n’a jamais appartenu à la commune. » 

Hors de propos. Il est écrit à ce sujet dans le texte de la pétition : « La vente du domaine passe par l’Etablissement Public Foncier Régional ». 

  • « Le projet ne prévoit aucune urbanisation nouvelle, il s’agit de bâtiments déjà existants qui seront rénovés. »

Hors de propos. La pétition ne parle pas d’urbanisation nouvelle. Mais la question est soulevée par le Droit de Réponse : s’agit-il d’une «urbanisation nouvelle»  et s’agit-il bien de «bâtiments déjà existants qui seront rénovés»  ?

Le promoteur de projet sportif avait déposé son projet le 06 février 2024 sur le site de la DREAL PACA. Les plan du projet mettent en évidence la création de surface de plancher de plusieurs centaines de mètres carrés par le biais de la surélévation d’un étage pour un des bâtiments et par la démolition et reconstruction d’un autre bâtiments, qui augmentera également son emprise au sol pour permettre la création d’une piscine en toiture de 25 m de long. 

De plus, la modification n°7 du PLU a pour objectif un changement de destination d’un secteur « d’habitat » pour la création d’équipements urbains destinés « aux équipements, activités de sport, loisirs et hébergements hôteliers et touristiques ». 

  • « La commune limitera la constructibilité de cette parcelle en basculant une partie de celle-ci en zone naturelle.» 

C’est en réalité la Préfecture des Alpes-Maritimes et la DDTM06 qui contraignent la Commune à réduire la constructibilité de ce site de 3,7 hectares à environ 1,4 hectares, limitant ainsi le changement potentiel de reclassement de la zone UF en zone UT à une surface de 1,4 hectares. D’ailleurs, ce reclassement aurait dû être réalisé, de notre point de vue, à l’initiative de la Commune depuis le 20 juin 2012, en accord avec la couverture de protection Biotope définie par la préfecture des Alpes-Maritimes. 

  • « Ce projet de centre sportif, et non pas de complexe hôtelier, est conforme à la DTA, et a reçu un avis favorable de l’Etat. » 

Le projet qui fut déposé auprès de la DREAL PACA utilise plus de 75% de sa surface totale de plancher à de l’hébergement hôtelier. 

Nous rappelons que la Directive Territoriale d’Aménagement des Alpes Maritimes, applicable depuis 2003, identifie la Tête de Chien comme un espace naturel à protéger.

  • « La modification proposée n’est pas soumise à évaluation environnementale. »

Etant donné la confusion que peut amener le Droit de Réponse, entre les termes « projet » (faisant parfois référence au projet sportif)  et « modification du PLU » (faisant parfois référence au projet de modification n°7 du PLU), il est essentiel de clarifier :

a) que la commune a prescrit par délibération le 29 mars 2022 la modification n°7 du PLU. Ce projet de modification n’a effectivement pas été soumis à une évaluation environnementale.

b) qu’en revanche, « le projet de pôle sportif» porté par un promoteur privé et déposé auprès de la DREAL devra être étudié afin d’évaluer la nécessité de réaliser une évaluation environnementale. 

  • « Le PADD, voté en 2022, faisant référence au site comme espace potentiel de « tourisme vert », la création d’une Unité touristique est conforme à ce PADD. »

Nous rappelons que le Projet d’Aménagement et de Développement Durables de la commune de la Turbie acté en Mai 2022 exclue l’activité hôtelière sur le site de la Tête de Chien.


EN AVRIL 2024

Notre association a répondu à l’enquête publique qui s’est clôturée le 15 Avril. Nous nous sommes exprimés contre la transformation du domaine de 23 000 mètres carrés des ex-maisons de France Télécom en Unité Touristique. La transformation de la zone en Unité Touristique (telle qu’envisagée dans le PLU sous la « mention modification n°7 ») est motivée par un projet de pôle sportif accompagné de sa résidence de nature hôtelière qui occuperait 77% de la surface du plancher du bâti. Nous jugeons que la modification N°7 porte atteinte aux orientations définies par le Projet d’Aménagement et de Développement Durables (PADD) acté en Mairie en Mai 2022 mais surtout n’est pas compatible avec la Directive Territoriale d’Aménagement (la DTA est un document d’urbanisme qui s’impose dans un rapport de conformité) applicable depuis 2003 dans le département du 06.

En tant qu’association citoyenne engagée dans la préservation de notre patrimoine et environnement, nous avons déposé les observations et arguments ci-joints à l’enquête publique pour éviter la transformation du lieu en Unité Touristique. Nous avons aussi déposé le texte de la pétition avec ses près de 27 000 signatures recueillies à la date du 15 Avril. Associé à ce dépôt figurent aussi les nombreux commentaires qui ont pu être faits sur le site de la pétition. Tous les commentaires ont montré un attachement au site de la Tête de Chien et un sincère désir de ne pas privatiser le domaine des ex-maisons de France Télécom. Les noms des signataires de la pétition n’ont pas été communiqués pour des raisons de confidentialité.

Nous poursuivons notre projet tel que défini lors notre rencontre avec le Conservatoire du Littoral. Cette rencontre, qui a eu lieu le 25 octobre 2023, a réuni notre association APPELT ainsi que l’ASPONA, association pour la sauvegarde de la nature et des sites de Roquebrune Cap Martin, Menton et environs. Afin de créer un projet de protection du massif de la Tête de Chien, deux décisions ont été prises à l’issue de cette rencontre : a) communications publiques des associations sur les communes concernées par le vaste massif de la Tête de Chien; b) rencontre du Conservatoire du Littoral avec les élus (elle a eu lieu le 7 Mars dernier avec M. le Maire de la Turbie).

Deux réunions publiques se sont ainsi déroulées : l’une à la Turbie avec la présence de 11 élus, l’autre à Beausoleil en présence de Mme l’Adjointe à l’environnement. Une rencontre avec M. le Maire de Cap d’Ail et l’ensemble des associations a aussi eu lieu, le 6 Mars. Nous remercions l’ensemble de ces élus pour leur écoute.

Six associations sont aujourd’hui associées à la préservation du massif de la Tête de Chien : l’ASPONA, l’association de la Baie d’Eze, le Trésor Vert de Grima, l’association Saint-Laurent d’Eze, l’association Intérêt à Agir Sud et l’APPELT.

Afin d’évaluer l’importance, en termes de localisation et d’étendue sur la partie sommitale de la Tête de Chien du domaine mis à la vente, plusieurs d’entre vous, signataires de la pétition ont demandé à situer le domaine de 23 000 mètres carrés qu’il sera nécessaire d’acquérir. Le voici visualisé sur cette carte extraite des documents rendus disponibles par l’administration au cours de l’enquête publique.

Le périmètre en rouge situe le domaine des 23 000 mètres des ex-maisons de France Télécom sur la partie sommitale de la Tête de Chien.

Nos futures actions :

  • Après le 15 Mai : les conclusions du Commissaire Enquêteur suite à l’enquête publique seront portées à notre connaissance. Notre association communiquera aux signataires de la pétition via « Change.org », un lien pour accéder à ces conclusions.
  • Notre association travaille au projet de sanctuarisation du site que nous portons. Ce document sera communiqué aux signataires de la pétition, aux Municipalités de la Turbie, Cap d’Ail, Beausoleil et Eze, à la Préfecture, ainsi qu’à nos administrations publiques (Conservatoire du Littoral, la DREAL et l’EPF). Ce document décrira ce qui rend le site unique, la manière de financer un rachat public du domaine et la façon dont le bâti des ex-maisons de France télécom sera utilisé en harmonie avec les atouts environnementaux, paysagers et culturels spécifiques à ce lieu remarquable dont la fréquentation quotidienne est très prisée.

Vous noterez que ces actions sont en accord avec l’objet de l’association APPELT et que la manière de financer le rachat du domaine de 23 000 mètres carrés fait l’objet d’un travail déjà en cours par l’association et les élus volontaires qui se veulent force de proposition.

Nous vous remercions toutes et tous pour l’ensemble de vos très nombreuses et précieuses signatures ainsi que vos commentaires tous favorables apportés à ce projet de protection. Vos soutiens sont reçus comme un formidable encouragement.

Bruno Lopez, Président de l’Association pour la Protection du Patrimoine et de l’Environnement de La Turbie


EN MARS 2024

Engagés dans la préservation de notre environnement, nous souhaitons partager avec vous une pétition cruciale pour la protection de la nature exceptionnelle de la Tête de Chien. Ce dernier promontoire des Alpes Maritimes est resté sauvage aux portes de Monaco, sur les communes de La Turbie, Cap d’Ail, Eze et Beausoleil.

Ce magnifique site, ayant inspiré des peintres célèbres (Claude Monet, Auguste Renoir, Eugène Boudin, Edward Cucuel) et hébergeant un riche écosystème de 124 espèces végétales et animales (Nivéole de Nice, Damier de la Succise, …), s’élève majestueusement entre les vagues de la Mer Méditerranée et les premières crêtes de notre chaîne de montagnes des Alpes. Il est situé sur le bord la côte, offre une vue à 360 degrés et un à pic de 500 mètres qui lui confère, comme piège à rosée (effet de Foehn), un micro climat favorable à l’écosystème qu’il abrite.

Ensemble, agissons pour préserver ce trésor fait de terre, de roches et de vie. Signez et partagez ce message pour faire entendre notre voix collective !

Jusqu’au 15 Avril, vous pouvez vous exprimer aussi en envoyant un mail à l’attention du commissaire enquêteur sur : urbanisme@ville-la-turbie.fr. La documentation pour la modification 7 est accessible dès l’entrée de la Page d’Accueil de la Mairie de la Turbie : https://www.ville-la-turbie.fr/

A noter que cette consultation n’est pas limitée aux habitants de la commune car vous pouvez donner votre avis parce que vous appréciez ce site en votre qualité de promeneur, randonneur, touriste, spectateur de la Nature.

5 associations sont associées à ce projet de préservation : l’ASPONA, l’Association de la Baie d’Eze, le Trésor Vert de Grima, l’Association Saint-Laurent d’Eze et l’APPELT.

Bruno Lopez, Président de l’Association pour la Protection du Patrimoine et de l’Environnement de La Turbie


En cette fin d’année 2023

Les associations APPELT et ASPONA se sont rapprochées du Conservatoire du littoral pour étudier avec les représentants du Conservatoire comment structurer un projet d’ensemble garantissant la pérennité d’une protection du massif de la Tête de Chien pour les générations futures. La rencontre avec le Conservatoire du Littoral s’est tenue le 25 Octobre à Aix-en-Provence, siège du Conservatoire pour la Région PACA.

Le Conservatoire du Littoral confirme l’incomparable valeur environnementale et patrimonial du massif de la Tête de Chien assujettie à la loi littoral. Le Conservatoire recommande la mise en place d’un groupe de travail composé d’élus et des associations pour la mise en œuvre d’un projet de sanctuarisation de ce bien environnemental touchant un vaste espace à cheval sur les 4 communes que sont Beausoleil Cap d’Ail, Eze et La Turbie. Le Conservatoire va contacter en premier lieu la Commune de La Turbie. Cette information a été portée à la connaissance de M. le Maire de la Turbie le 20 Novembre par notre association afin de solliciter des élus qui participeraient à ce projet.

Dans son bulletin de Novembre 2023, l’association ASPONA résume notre rencontre avec le Conservatoire du Littoral. Vous y trouverez exposées les raisons pour lesquelles le département des Alpes Maritimes a bénéficié de très peu de terrains protégés sur sa bande côtière. La sanctuarisation du massif de la Tête de Chien permettra de compenser un énorme manque sur le littoral azuréen :

https://drive.google.com/file/d/1wqil9CTDNzDUF5J1Aq1HSB0G3JWoWycA/view?usp=sharing

En cette fin d’année 2023, la communication de notre action prend place. Nice-Matin, dans son édition de Monaco, titre le Samedi 23 Décembre :

« Une association veut sanctuariser la Tête de Chien ».

L’article sur le site officiel de Nice-Matin, lu depuis l’arrière pays jusqu’à la Corse, est accessible à :

https://www.nicematin.com/environnement/une-association-veut-sanctuariser-la-tete-de-chien-893307


NOS OBSERVATIONS

Cette page regroupe l’ensemble de nos observations :


NOTRE ACTION

Cette page regroupe l’ensemble de notre action :